Comment l’UltraWide a changé ma vie

Plus grand, plus fort, plus tout !

L’UltraWide, vous connaissez ? Dit comme ça, cela ne vous dit probablement rien, mais en jetant un petit coup d’œil à l’image d’en-tête vous devriez déjà avoir une meilleure idée du sujet du jour : les écrans 21:9 !

Débarqués sur le marché il y a quelques années, ces écrans pensés à la fois pour la productivité mais également pour le gaming offrent en pratique une immersion largement supérieure à celle des habituels 16:9. Ils permettent d’afficher un nombre supérieur d’information et de fenêtres à l’écran (enfin, ça dépend toujours de votre résolution évidemment), sans pour autant  s’orienter vers un setup en dual-screen ou triple-screen.

Pourquoi un moniteur ultra-wide ?

De mon côté, j’utilisais déjà depuis plusieurs années deux moniteurs côte à côte de 24 pouces, et je dois avouer que je commençais un peu à en avoir marre de constamment tourner ma tête et de faire basculer les fenêtres d’un écran à l’autre. En cherchant un peu sur la toile, j’ai donc découvert les moniteurs UltraWide (UW pour les intimes), et ce fut une véritable révélation pour moi ! Que ce soit pour le bureautique (j’ai souvent une bonne dizaine d’applications ouvertes) ou pour le gaming, le changement semblait pouvoir faire des miracles. Surtout dans le second cas, où il deviendrait alors possible de jouir d’une immersion totalement folle, sans devoir découper son image en deux écrans (et donc sans aucune bordure).

Avant de me lancer tête baissée dans l’achat d’un moniteur UltraWide, j’ai évidemment passé quelques heures (voir un peu plus…) à fouiner un peu partout sur la toile, et notamment sur un subreddit entièrement dédié à ces écrans (uniquement en anglais). C’est là-bas que j’ai découvert à peu près tous les modèles actuellement disponibles sur le marché, mais aussi les très nombreux retours des utilisateurs.

Comment choisir son écran ?

Avant de lister les moniteurs qui pouvaient me faire de l’œil, il était évidemment nécessaire de mettre en place quelques critères de sélection. Premier point important, je souhaitais m’orienter vers un modèle 34 pouces (équivalent à du 27 pouces classique en hauteur) plutôt qu’un modèle 29 pouces, manquant d’espace vertical à mon goût. Deuxième point essentiel, la résolution. Après de trop longues années sur des moniteurs 1080p, il était grand temps pour moi de m’orienter vers du 1440p afin de profiter d’un espace plus important pour pouvoir combiner plusieurs fenêtres/pages web à l’écran. J’avais donc la base de mes recherches, mais il restait quelques points à vérifier.

Tout d’abord du côté de l’utilisation gaming, car vous l’aurez compris, j’ai l’habitude de passer quelques nuits blanches sur mes jeux favoris (OverWatch, WoW et FFXIV pour ne citer qu’eux). On en vient donc évidemment au taux de rafraichissement des écrans, et là je dois avouer avoir été un peu deçu puisqu’il n’existe pas à l’heure actuelle de moniteur 34 pouces 1440p pouvant fonctionner à 144 Hz. Au contraire même, la plupart des écrans étaient encore limité à 60 Hz, et il faut avouer qu’après avoir goûté à du 144 Hz ou même du 120 Hz, difficile de revenir à du 60 Hz tant l’ensemble apparait peu fluide.

Les meilleurs moniteurs 34″

En poussant un peu mes recherches, j’ai cependant découvert que certains écrans pouvaient atteindre les 100 Hz, ce qui me paraissaient en soit largement suffisant pour mon utilisation et surtout mes yeux. De plus, avec une résolution en WQHD, difficile de vraiment dépasser les 100 FPS sur des titres récents. Deux moniteurs sortaient donc du lot, un modèle de chez ASUS, le PG348Q, et un modèle de chez Acer, le X34A. J’avais également le Dell UltraSharp U3145W qui me faisait de l’œil, de par son design et son prix, mais il était limité à 60 Hz.

Après quelques heures de recherches supplémentaires, notamment sur les forums ou YouTube, il était temps pour moi de faire mon choix : ce serait l’Acer X34A. Avec un tarif dépassant les 1000€, c’était clairement pour moi un énorme investissement, mais qui devrait en toute logique durer quelques années. Je vise au minimum 5 ans, et si les écrans évoluent vraiment rapidement, je le revendrai pour quelque chose de plus récent.

Après ma commande effectuée, il ne me restait plus qu’à croiser les doigts, car oui, les moniteurs ultrawide IPS, c’est un peu la loterie. Ils présentent en effet un effet de BLB (BackLight Bleeding) pouvant illuminer certaines zones sombres. Sur certains modèles, le BLB est très faible, alors que sur d’autre c’est tout simplement dégueulasse, et il est souvent nécessaire de passer par la case retour. Heureusement, en commande via Amazon j’avais la possibilité de facilement opter pour un produit différent si je n’étais pas satisfait.

La révélation

Quelques jours plus tard, mon Acer X34 arrivait à la maison. Après avoir fait un peu de place sur mon bureau (c’est un véritable MONSTRE !!), tout était en place. A l’allumage, le BLB semble plutôt discret et uniquement visible dans le coin gauche lorsque l’écran affiche une image très sombre. Sans plus attendre, je lance une partie de Final Fantasy XV, et là, quelle claque ! C’est juste sublime et j’ai l’impression de redecouvrir un nouveau jeu. De son côté, la GTX 1070 semble bien encaisser la nouvelle résolution et l’énorme gain de pixels. Le jeu tourne entre 60 et 80 FPS, avec une fluidité parfaite grâce à la compatibilité G-Sync de l’Acer X34A.

Côté bureautique, ça demande un petit temps d’adaptation lorsqu’on vient d’un dual screen, mais certains logiciels permettent de facilement fractionner l’écran afin de parfaitement positionner son espace de travail. On gagne finalement en productivité et c’est que du bonheur.

Bref, je suis pauvre mais mon écran est juste monstrueux. Je ne regrette clairement pas, et c’est probablement l’un de mes meilleurs achats en termes d’informatique ces dernières années. Si vous avez le budget, n’hésitez pas.

Plus d'articles

Encore un peu de lecture ? Découvrez ci-dessous les autres articles publiés sur Ciggo.fr !

Comment j'ai choisi ma nouvelle souris gamer

Une souris gaming, ça change tout ?

J'ai changé ma souris gamer, et la tâche n'était pas si simple qu'elle n'y parait !

Lire l'article

J'ai passé trois semaines au Japon

...et je n'ai qu'une envie, c'est d'y retourner le plus rapidement possible !

Lire l'article